Partagez|

Dans le trou ( Loa et Ambre )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatarRilian Staples


Pokematos
Réputation:
20/100  (20/100)


MessageSujet: Dans le trou ( Loa et Ambre ) 08.07.13 2:48


C'était un jour gris et horriblement humide. Vous savez, ces journées où il fait si chaud qu'on souhaite de tout cœur qu'il pleuve. Il n'y avait pas de soleil, seulement une pesante atmosphère sans fraîcheur aucune. Mère nature se voulait d'humeur massacrante apparemment. Myriam avait pourtant insisté pour que Rilian voyage jusqu'à Bourg-en-Boise pour aller y acheter les fameux moules à tarte en forme de Mystherbe dont elle ne pouvait se passer. L'homme mettait tout en œuvre depuis une semaine pour ne pas contrarier sa conjointe. Et jusqu'à maintenant, il s'en était bien tiré. Pourquoi, dites-vous, le parrain de la team Atomium, homme mature et puissant, avait-il peur de sa femme ? Menstruations. Un mot, une semaine. Voilà. Myriam avait le chic d'être déjà hystérique et instable en temps normal mais lorsqu'elle était en période, elle devenait un véritable ogre. Un méchant ogre avec de la bave et des griffes. Alors Rilian s'était incliné devant sa demande et s'était mis en route vers Bourg-en-Boise. Son carapuce lui tenait compagnie en mâchouillant une brindille. Le duo était beau à voir. Chacun portait l'un de ces chapeaux de paille qui font la digne signature des campagnards. L'humain avec son banjo et le pokémon avec sa brindille. Chacun faisant autant de bruit que l'autre. Avez-vous déjà entendu le bruit que fait une brindille frottant sur les gencives édentées d'un carapuce ? C'est un grincement aussi désagréable, sinon plus, que celui que produisait Rilian qui pinçait au hasard les cordes de son instrument. Eh non, il n'avait jamais vraiment été doué pour jouer du banjo. Il aimait simplement le faire. Comme quoi, chacun a ses talents. Il était bon pour diriger des tueurs et des voleurs. D'autres avaient l'oreille musicale. Ainsi donc, le duo ne croisa personne de très près. Dès qu'ils entendaient leur tumulte infernale, les voyageurs s'éloignaient ou attendaient qu'ils soient passés en se bouchant les oreilles. Et pourtant, ce voyage qui n'aurait pas dû prendre plus que quatre heure, n'aboutit pas à destination. Ce fut plutôt Rilian qui aboutit à cinq mètres sous terre, dans un trou. Voilà comment cela arriva.

Bourg-en-Boise était en vue avec ces toits bleus et l'odeur de gazon fraîchement coupé caractéristique de l'endroit. Carapuce avait fini par lasser son dresseur et était retourné dans sa balle. Après tout, il n'était pas dans l'habitude du trentenaire de laissé ses créatures cheminer avec lui. À l'auberge, ils profitaient d'une certaine liberté car ils effectuaient les tâches domestiques que ni lui ni Myriam n'avaient envie de faire. Mais ce jour là, c'était tout autre chose. Son banjo quant à lui était toujours suspendu à l'épaule de Rilian. Ce dernier sifflotait un air que seul lui aurait pu reconnaître. Il était soulagé de voir le bout de son expédition. Le retour serait beaucoup moins ardu puisque le jour se coucherait avec son humidité extrême. Il avait d'ailleurs soif et sa gourde était vide depuis déjà quelques kilomètres. L'image d'une limonade fraîchement préparée apparut à son esprit telle l'une des plus précieuses récompenses qu'on puisse lui offrir. Alors qu'il se léchait les lèvres en rêvant de se désaltérer, le décor chuta devant ses yeux. Ou plutôt, il chuta du décor et se retrouva sur le dos à grogner sans avoir compris ce qui lui était arrivé. Le piège avait été brillamment dissimulé. L’œuvre de l'un de ses sbires, assurément. Cela rendait la situation encore plus exaspérante. Pour le moment pourtant, l'homme ne songea pas au responsable mais plutôt à un moyen de se sortir de cet endroit. Le soleil allait bientôt disparaître pour de bon. Même si d'épais nuages bloquait son image, sa lumière sembla alors indispensable à Rilian. Il n'avait pas peur du trou en tant que telle mais des assiettes que lui lancerait Myriam à son retour à la maison. Il pensa vaguement qu'il serait temps qu'il l'engrosse pour la rendre plus docile. Il se releva et se mit à faire les cent pas. Carapuce n'était pas assez puissant pour le projeter hors de ce trou. Embrylex ne ferait que creuser plus profondément dans les entrailles de la terre. Une seule solution : demander de l'aide. Il plaça ses mains en porte-voix de chaque coté de sa bouche.

« Hého ! Il y a quelqu'un ? »

La réponse ne se fit pas tarder. Mais au lieu de recevoir de l'aide, c'est une femme qui lui tomba sur les épaules. Il s'affaissa de tout son long en grognant. Un sourire ne pouvait s'empêcher de se dessiner sur les lèvres sèches du trentenaire. Il détestait la routine et cette mésaventure ne lui déplaisait pas en toute sincérité. Il n'était pas du genre à paniquer pour si peu. Quelqu'un finirait bien par venir les chercher. Il s'assit contre une paroi de la cavité taillée grossièrement à la va-vite. Ses yeux se posèrent sur la nouvelle venue et il se pinça les lèvres, songeur.

« Nous voilà camarades d'infortunes. C'est très amusant... »

Et sa voix n'était qu'un souffle rauque. Il s'éclaircit la gorge en toussant. Ces deux chutes lui avaient fait mal au dos.

« Je ne trouve plus mon banjo. Tu es assise dessus je crois. »
Revenir en haut Aller en bas

avatarLoa Alansy



MessageSujet: Re: Dans le trou ( Loa et Ambre ) 13.07.13 20:14

Si on lui avait demandé son avis, Loa serait bien restée chez elle.
...Ou pas, mais au moins elle aurait pris l'initiative de se diriger sur un autre chemin que celui-là.

La journée en elle-même avait été plutôt catastrophique: elle avait été levée aux aurores par des gamins braillards, la nourriture qu'elle avait acheté pas cher dans une boutique de Bourg-en-Boise valait définitivement son prix -elle en avait encore un goût légèrement pâteux dans la bouche-, et pour couronner le tout, il faisait mauvais.

Mauvais, du genre à donner l'envie de s'étaler dans un coin et de paresser toute la journée pour cause d'incapacité à faire quoi que ce soit. Le temps lourd, ça lui donnait l'impression de porter un poids pesant sur ses épaules, et ça lui tapait sur les nerfs. Elle serait bien mieux à gambader joyeusement sous la pluie qui ne tarderait pas -mais que tous attendaient avec une impatience grandissante sous la moiteur actuelle-. La nature savait être vicieuse, parfois.

La blonde gémit de désespoir sous la chaleur qui l'accablait -et dire qu'elle avait décidé de se mettre en marche pile le mauvais jour!. Près d'elle, son malosse trottinait tranquillement. La bestiole, qu'elle avait affectueusement surnommé Pyrrah, ne se souciait que peu du temps maussade de la journée -son inquiétude portait plutôt sur la pluie que les sombres nuages déverseraient trop rapidement à son goût. En temps que type feu, elle ne pouvait qu'abhorrer ce genre de manifestation naturelle.
Mais en attendant que l'inéluctable ne survienne, elle regardait avec une pointe de contentement sa dresseuse souffler et ronchonner dans sa barbe inexistante. Loa lui avait déjà tiré la langue dans un acte de maturité parfait.

Ce fut dans un autre soupir que la future dresseuse renommée -Maître, bien évidemment, Maître!- se stoppa, mains sur les genoux, grimace sur le visage. Elle n'allait pas se faire avoir parce que tout semblait s'être ligué contre elle, aujourd'hui, ah ça non!

Empreinte d'une énergie nouvelle, elle se redressa de tout son long, et entreprit un demi-tour pour faire face à Pyrrah tout en marchant à reculons, s'exclamant bruyamment que tout allait bien, très bien!

Ironie du sort ou sadisme du destin, l'un de ses pieds rencontra à moitié le sol dur et sec sur lequel elle marchait depuis maintenant un bout de temps, et sur l'autre moitié, du vide.
Elle aurait peut-être pu se rattraper si le bord ne s'était pas légèrement effrité sous son poids, la faisant irrémédiablement glisser. Elle n'eut que la possibilité de voir le ciel -ah, vraiment, ce gris, mais qu'est-ce qu'il faisait lourd!-, ses mèches blondes folles, et l'expression partagée entre la surprise et la moquerie de son chère monstre.

Ce fut avec un bref cri confus qu'elle atterri rudement sur son dos, et, à ce qu'il semblait, sur un autre dos.

Le temps de se lever et de se rassoir à côté et elle bafouillait à moitié des excuses, encore sous le choc.

« Je ne trouve plus mon banjo. Tu es assise dessus je crois. »

Un silence s'installa un instant, le temps pour elle de se rendre effectivement compte que son postérieur était posé sur un élément bien différent que la terre -quoique en terme de dureté, ça se valait-. Elle se dégagea rapidement, et observa l'instrument -la musique n'avait jamais été son truc, mais elle appréciait en écouter-. Sous une pulsion curieuse, elle pinça une corde, laquelle vibra et fit résonner un son pas totalement désagréable, mais pas magnifique non plus. Un bref rire nerveux lui échappa et elle tendit l'objet à son propriétaire -un homme, bien plus âgé qu'elle, à la mine plutôt fatiguée-.

« D'infortune, oui, eh bien! Je n'aurais jamais pensé qu'il y avait ce genre de désagrément sur les routes... »

Loa se leva prestement, et tournant la tête vers l'immensité nuageuse, hurla dans un élan de rage.

« Ce n'est pas ça qui m'arrêtera! Ha! Un trou! »

Pyrrah se baissa près du rebord, penchant son museau vers elle -vers eux-, laissant échapper un aboiement concerné qui n'arrivait tout de même pas à couvrir totalement un ton amusé.

« Un trou..! », pesta la blonde, « Un trou! Ne me fais pas ces yeux-là, toi, tu ne m'es pas d'une grande aide, hein! »

Elle s'attaqua avec vaillance à la paroi, laquelle n'offrait que des prises prêtes à s'effondrer au moindre poids -ce qu'elles firent avec joie, renvoyant la dresseuse au fin fond du piège-.
Dépitée, elle s'y adossa, soufflant à nouveau. Ses yeux se posèrent sur son "compagnon d'infortune", comme l'autre l'avait si bien énoncé.

« Je suppose que vous n'avez pas de pokémon qui pourraient nous sortir de là? Sinon vous seriez déjà dehors... Ah... Mais quelle bande d'imbéciles pourrait bien passer de route en route pour y creuser ces satanés pièges?! Qu'est-ce qu'ils veulent bien capturer avec un truc aussi énorme? Même pas capables d'affronter un pokémon face à face? »

Elle tapota des doigts le sol, profondément ennuyée.
Son malosse aboya une seconde fois, et elle leva les yeux, vaguement intéressée, puis une troisième. Un bruit au loin capta son attention -une voix? oui, oui, c'était bien une voix!-, et elle bondit de nouveau sur ses pieds, encourageant d'un signe de tête son monstre à continuer d'attirer l'attention du nouveau-venu.

Avec un peu de chance on les aiderait à sortir.
Revenir en haut Aller en bas

avatarAmbre M. Lawford


Pokematos
Réputation:
0/100  (0/100)


MessageSujet: Re: Dans le trou ( Loa et Ambre ) 15.07.13 20:14

Le soleil se retira de l’horizon, contrairement à la chaleur. Le ciel se réduisait puis s’évanouissait d’un opaque paysage gris. Le vent s’était levé. Des bourrasques tourmentaient les champs et faisaient gémir les fleurs. Personne n’osait sortir de sa demeure tremblante, les volets battant contre les murs de pierre. Une tempête se préparait-elle ? Je me déplaçais, accompagnée de mon fidèle compagnon. Les humains et les domestiques pestaient. Derrière leurs châssis, Absol les faisait frémir. Bande d’arriérés. Si vous connaissiez réellement la nature de mon acolyte, vous ne seriez pas à vous là à vous cacher comme des lâches. Pour autant, j’évitais soigneusement de leur lancer des regards noirs. Ils ne méritaient pas mon attention. Je me contentais d’avancer en regardant droit devant moi.

Ce temps maussade ? Je ne le devais pas à Absol mais bien à mère nature qui semblait avoir décidée à en faire des siennes. Peu importe, je devais quitter immédiatement cette ville avant de ne devenir folle. J’étais restée trop longtemps selon moi et il était temps de la quitter. Trop de rumeurs s’instauraient. J’avais malheureusement attiré trop l’attention avec ma créature, mon protégé. Les mœurs étaient trop présentes dans cette minuscule municipalité et il n’y avait rien d’intéressant pour moi. Elle n’était que la ville de départ, où tout allait démarrer. Je débutais une nouvelle odyssée, dans ces contrés de Noann qui m’étaient totalement étrangères. Je devais trouver quelque chose de plus gros où m’installer et où user de mes talents subtils. Bien entendu, en passant, je devais rafler tous les badges. Rien d’intéressant sinon que de visiter ce pays : je voulais devenir maître. Confiante ? Peut-être de trop.

Une extase chassait l’autre, le temps s’enroulait autour de moi, interminable fil étrangleur. Du fond de mon cocon opaque, j’attendais un miracle : ne jamais vieillir. Comment devenir intemporelle ? Je devais répandre mon âme sur la terre. Je suis les mots, dans les clameurs, dans les larmes. Je suis une brûlure qui purifie, une douleur qui sculpte. Je traverse les saisons et je brille comme une étoile. Je suis… le sourire mélancolique des hommes désireux. On dit que la beauté ne fait pas le bonheur. J’en crois le contraire grâce c’est grâce à cette dernière que j’ai pu avancer. Ce n’est pas en étant un gros thon que l’on fera quelque chose. La séduction est un atout majeur et j’en savais quelque chose à ce sujet. Vingt-huit printemps et à aucun moment de ma vie, je n’avais changé ma façon de faire avec les hommes.  Ils ne se doutent de rien.

Dans mon avancée sur cette fameuse route 51, je me questionnais sur un fait : allais-je croiser des Pokemon sauvage ou même d’autres dresseurs. Cette éventualité me faisait frissonner. De joie ou de tristesse, peu importe. Je pensais les deux. La joie de découvrir si oui ou non telle créature pourrait se joindre à mes rangs et triste de savoir qu’un imbécile souhaiterait me combattre. Je le plaignais d’avance car Absol se révélait être un adversaire redoutable. Finalement, cela ne pouvait pas me déplaire. Voir une personne trop sûre d’elle parce que je suis une pauvre demoiselle et finalement réaliser sa défaite imminente… Son visage se décomposerait, quel spectacle ! J’étais avide de nouvelles sensations. Néanmoins, je savais que je rencontrerais les mêmes plaisirs jouissifs de la vie comme de contempler la défaite d’un prétentieux.

On me tirait de mes songes. Comme si une chose avait osé pénétrer dans mes pensées pour venir m’y extirper. C’était si dur de revenir à la réalité. Malgré tout, ce que j’entendais ne faisait que d’intriguer d’avantage mon intérêt. Je tendais l’oreille, attentive. Je m’étais même arrêtée en plein milieu de la route. Absol était aux aguets, juste devant moi. A quelques mètres, il se dressait fièrement sur un rocher. Finalement, il montrait ses crocs et grognait. Je ne comprenais pas ses raisons. Je décidais pourtant de lui faire confiance. Au loin, ces aboiements ne présageaient rien de bon. Je fixais mon ami et lui adressais un signe de tête. Rien que par le regard, nous nous comprenions. Il partait devant, filant entre les arbres, de vitesse moyenne - assez pour que je puisse le suivre. Il avait eu la bonne idée de ne plus suivre la route mais d’emprunter la lisière. Ceci par sécurité ainsi que par discrétion. Je détalais entre les branches, en faisant bien attention où je posais les pieds. Je savais que l’on était proche du but quand mon compagnon commençait à ralentir.

Au loin, une créature à quatre pattes que j’avais encore du mal à distinguer. J’entendais très clairement ses cris. Il savait où nous étions, elle n’était pas idiote. Son ouïe était bien assez développer pour pouvoir regarder dans notre direction. Aux alentours ? Personne d’autre. Je poursuivais donc, marchant lentement jusqu’à deviner que cette espèce était un Malosse. Ce dernier n semblait pas avoir fait attention à mon Absol. Il était plutôt concentré sur moi et sur ma direction, semblant m’appeler. Un Malosse s’offrirait-il ainsi à moi, sans raison ? Je devais arrêter de me projeter ce genre de chose qui était –normalement- totalement impossible. Il devait y avoir un problème pour que ce Pokemon attirer mon attention. Je sortais de cette lisière pour me mettre à découvert sur cette route. Malosse allait me cherchait et me trainait jusqu’à ce … trou. A ce niveau, j’entendais clairement des voix. Des voix d’êtres humains. Ainsi, ils étaient deux imbéciles à s’être fait avoir par un malheureux piège. C’est en m’approchant légèrement du bord et en observant le fond de ce trou que je les découvrais. Deux tourtereaux, enfermés. J’en déduisais que ce Malosse devait appartenir à l’un d’eux.

« Belle créature des ténèbres, tu n'es pas aussi ignorant que tes idiots de maitres. »

Je ne pouvais m’empêcher de leur adresser un sourire malicieux. Je détournais quelques minutes mon attention sur ces énergumènes et fixais l’horizon dans l’espoir de distinguer Absol. Je savais que lui m’observait et faisais un signe pour qu’il puisse me rejoindre. Malheureusement, une tension naissait lorsque les deux créatures de la nuit se croisèrent.  Absol se tenait en position, prêt à tout. Je connaissais bien trop ce regard malveillant et hargneux. Il n’avait qu’une hâte : saisir l’occasion de lui mordre la gorge jusqu’à l’étouffer.

« Absol, STOP ! » ordonnais-je, le regard dur.

Il n’y avait que moi pour le calmer. Je devinais ce mal qu’il avait pour m’obéir car cela était plus fort que lui. C’était son instinct. Mais il ne pouvait que se soumettre à ma volonté. Il se redressait et reprenait une posture normale pour venir me rejoindre tout en gardant un œil sur ce potentiel ennemi. Arrivant à ma hauteur, je passais ma main dans sa fourrure blanchâtre et me tournais vers ces inconnus perdus. Ils pouvaient voir de qui j’étais accompagné.

«Il me semble que… Vous avez besoin d’aide. Et comme je suis l’unique personne dans les environs, je pense pouvoir tirer profit de cette situation. Nous allons pouvoir marchander votre libération, étant donné que vous n’êtes pas en position de force. Si vous pensez que ce Malosse peut m’arrêter, détrompez-vous. Absol n’en fera qu’une bouchée. »

J’étais trop prétentieuse et arrogante. Ma nature. Rusée, je savais qu’ils ne pouvaient rien faire et qu’ils ne pouvaient compter que sur mon aide. J’avais quelque chose à y gagner. A eux de se montrer ou non coopérants.

« Oh… Et afin de compliquer la tâche, je vous laisse le plaisir de trouver ce que vous pourriez me donner en échange de votre délivrance. »
Revenir en haut Aller en bas
AliasFirefly

avatarJazzy Warhol
AliasFirefly



MessageSujet: Re: Dans le trou ( Loa et Ambre ) 17.07.13 11:10



L'aventure commençait réellement ici. J'étais sur la première route de Noann, la R51. Étrangement mon premier vraie pokémon, donner plus tôt dans la matinée ne semblait pas avoir envie de rentrer dans sa pokéball. Du moins, pas pour tout de suite. J'imaginais mal ce pokémon me suivre tout le long de la journée, il était beaucoup trop expansif, et j'imaginais bien qu'il se fatiguerait vite. Quelle canaille!

Plus nous avancions sur la route, plus il semblait devenir joyeux. Je me rappelai de ce que le professeur m'avait dit sur ce pokémon. Il l'avait trouvé quelques jours avant sur cette même route. Pour ce genre de pokémon préférant les zones chaudes, c'était étrange d'avoir pu en croiser un dans cette contrée. Je réfléchissais donc au comment un tel pokémon avait pu en arriver là. Abandon? Désorienté? Fugue? Je regardai mon compagnon, il n'avait pas l'air de se poser autant de questions que moi, il semblait même fier pour une région que j'ignorais totalement.

Il se mit tout à coup à tourner autour de mes jambes en poussant quelques "Krakx Kraks!" amusés. Je remarquai alors ce qu'il y avait autour de moi. Des trous, parfois petits, parfois plus grands. Je regardai ensuite mon petit compagnon puis à nouveau les trous.
T'es sérieux là?! Un si petit pokémon?! Tant de dégâts... ❞  
Je n'en revenais pas. Mes yeux devaient être aussi grands que des boules de bowling. Il y en avait vraiment partout. Ce qui défigurait le paysage des environs. J'avais beaucoup de mal à imaginer que ce pokémon, aussi petit qu'il soit fasse autant de dégâts. S'en était effrayant.

Je commençais à me demander si ce petit sacripant n'était pas venu de son lieu d'origine par des tunnels qu'il aurait creusé et qu'il se serait ensuite perdu dans ceux-ci... Plausible mais pourquoi en avoir creusé tant? Je réfléchissais, la réponse me semblait presque claire, mais je ne pouvais pas confirmer une telle chose. Puis la réponse était beaucoup trop grave et triste. Je ne pouvais donc concevoir un tel scénario. Je chassai ses mauvaises pensées en secouant ma tête, me ressaisissant par la même occasion.

J'avais continuer à avancer pour enfin arriver à quelques mètres d'une jeune femme se tenant devant un trou d'une large circonférence. Surement le plus gros trous d'entre tous...
« Oh… Et afin de compliquer la tâche, je vous laisse le plaisir de trouver ce que vous pourriez me donner en échange de votre délivrance. »
Elle parlait à quelqu'un. Quelqu'un serait tomber dans le trou?! Je vis alors la terre se fendre, lentement, le genre de petite fissure qui apparait mais qu'on ne crains pas, tant elles paraissent inoffensive, mais qui en fait sont de véritable piège... Je devais intervenir avant que la fissure n'entoure la demoiselle aux long cheveux soyeux et qu'elle tombe ainsi dans le trou, à son tour.
MADEMOISELLE! ATTEN...❞  
Mais trop tard, je vis la terre s'affaisser vers l'intérieur sous ses pieds. Si elle ne s'était pas tenue aussi près... Elle n'aurait pas eu se genre de problème. Je m'avançai sans pour autant aller trop loin.
Rien de cassé en bas? Je vais tenter de vous sortir de là...❞  
Mon nouveau pokémon tournait autour du trou fier de lui. Quelle plaie. Je devais maintenant les aidés. Je partis à nouveau en direction de Bourg-Eboise afin de trouver de l'aide. Mais c'était sans penser qu'un mètre plus loin, je tomberais à mon tour dans un nouveau trou.
Evin.. RUDE!❞  
Le pokémon vint à ma rencontre et se laissa tomber aussi au fond du trou. Me rejoignant en poussant des claquements avec son énorme bouche qui lui servait de pelleteuse. Il semblait ravi de pouvoir jouer avec moi dans la terre.  

Je n'étais pas très loin des trois autres au fond du gouffre et je pouvais entendre parler, la dernière à les avoir rejoins ne semblait pas très contente...
Revenir en haut Aller en bas

avatarRilian Staples


Pokematos
Réputation:
20/100  (20/100)


MessageSujet: Re: Dans le trou ( Loa et Ambre ) 23.07.13 0:08

La situation avait quelque chose de comique qui n'échappa pas au trentenaire. Il observa la nouvelle prisonnière du trou avec un rictus non dissimulé. Il en aurait beaucoup à raconter à sa femme lorsqu'il serait de retour à l'auberge. Une fois qu'elle aurait fini de lui lancer des assiettes, bien entendu. Quoique maintenir le fil d'une conversation tout en évitant des projectiles pourrait se révéler un exercice intéressant. En parlant de projectile, il réalisa qu'il portait avec lui un œuf. Pauvre machin, se dit-il, il avait sûrement éclaté au cours de ses deux dernières chutes. Vaguement dégoûté par l'aspect qu'il lui appréhendait, Rilian extirpa l’œuf de son sac en bandoulière. Étonnamment, il n'avait même pas une égratignure. Mais avant que l'homme ait pu s'interroger d'avantage à ce sujet, l'inconnue commença à parler. Elle parlait vraiment beaucoup. Cela interloqua un peu le trentenaire qui se contenta de l'écouter. Il était habitué aux hystériques et celle-là, c'en était une ou il ne s’appelait pas Staples. Elle commença à hurler contre le trou. C'était puérile et complètement inutile. Rilian profita du spectacle. Après tout, pourquoi se priver d'une quelconque distraction dans ce piège à rat ? L'homme fourra à nouveau l’œuf dans son sac et profita du spectacle jusqu'à ce que la fille s'adresse directement à lui. Il se frotta un œil, vaguement embêté. Il n'avait plus l'impression de pouvoir être en contact avec cette fille, il aurait plutôt cru regarder un spectacle. C'est un peu comme si elle brisait le quatrième mur.

« ... »

Bah non, il n'avait rien à lui répondre. Ces questions ne lui semblaient pas vraiment en être. Il se contenta de lever les mains dans une intention de '' j'en ai aucune idée '' tout à fait innocente. En fait, il avait bien une idée de l’identité des responsables mais ce n'est pas un sujet qu'il était intelligent d'aborder en compagnie d'une parfaite inconnue. Le pokémon de cette jeune fille avait apparemment son mot à dire car ce fut le moment qu'il choisi pour se mettre à aboyer. Rilian leva les yeux vers la créature et constata qu'il s'agissait d'un Malosse. Il n'éprouva pas de sentiment particulier envers lui. Il se dit vaguement qu'il ne servait à rien pour les sortir de là mais sans plus. Et pourtant, c'est lui qui attira du secours avec ses aboiements graves. Une fille. Un peu plus vieille que celle avec qui il était prisonnier. Elle lui disait vaguement quelque chose. Il faut dire qu'il voyait beaucoup de personnes en une journée à l'auberge. Il n'avait aucun moyen de se remémorer chaque visage. Rilian se releva donc, convaincu que cette fille était munie de bonnes intentions. Il haussa les sourcils, complètement incrédule, lorsque cette dernière se mit à se moquer d'eux. S'il était un homme patient, il était aussi un homme puissant et en cela, il ne supportait pas qu'on le sous-estime. Lorsqu'elle leur proposa de marchander leur libération, il poussa un ricanement qui sonna beaucoup plus faux que nécessaire. Il baissa le regard vers les pieds de la dame qui pendait presque dans la cavité. Et tout d'un coup, le sol se fissura. L'homme vit tout comme au ralenti. De gros morceaux de sable et de terre dégringolèrent dans un nuage de poussière. Rilian pu pourtant deviner l'ombre de cette pâle manipulatrice se casser contre la paroi du sol. Accompagné d'une toux violente, Rilian fit sortir de sa balle Embrylex et lui ordonna de nettoyer l'endroit avant que tous les trois fussent asphyxiés.

« Embrylex, utilise Tempetesable et envoi toute cette poussière au dehors ! »

C'était une chance que le trentenaire puisse articuler tout cela correctement puisque sa gorge commençait à l'élancer horriblement. Il avait l'impression que des morceaux de verres lui transperçait le cou de part en part. Bien entendu, avec tout ce remue-méninge, il n'avait pas entendu l'intervention de la troisième femme. Embrylex regardait en l'air et tentait de comprendre la situation de son maître. Ce dernier éternuait et tentait de se débarrasser de la terre qui lui couvrait les joues et les cheveux. Il soupira et se laissa glisser de nouveau en position assise. La journée allait être longue. Il se résolut à agripper son téléphone portable et composa le numéro de l'auberge. Personne ne répondit. Rilian se pinça les lèvres en imaginant ce que pouvait bien faire comme hystérie sa fiancée. Il laissa tout de même un message. C'était délicat avec les filles qui parlaient en arrière plan et c'est rempli d'appréhension qu'il articula.

« Myriam, c'est Rilian. Je sais que tu es là, tu dois répondre. Je suis en fâcheuse situation... Je suis dans un trou. Je ne vais sûrement pas rentrer dîner. Je vais essayer de me dépêcher mais si j'y passe la nuit, ne t'inquiète pas. »

Rilian resta silencieux quelques secondes avant de raccrocher. Il se racla la gorge et demanda à Embrylex de tenter l'escalade. Pendant que son pokémon œuvrait pour leur salut à tous, le trentenaire reposa son attention sur les filles. En particulier sur celle qui les avait menacer.

«  Avec tes menaces, un autre que moi aurait pu se mettre en colère. Un jour tu vas avoir moins de chance. »

Quelque chose dans sa voix contredisait un peu ses propos. S'il n'y avait pas eu de témoin, il aurait sans doute sauter à la gorge de cette insolente. Ou du moins, il aurait ordonné à ses créatures de le faire à sa place. Carapuce aurait pu la noyer tandis que Embrylex lui cassait les jambes.
Revenir en haut Aller en bas

avatarLoa Alansy



MessageSujet: Re: Dans le trou ( Loa et Ambre ) 25.07.13 13:01

Loa avait l'habitude de parler seule.
Ou du moins, de ne pas avoir spécialement de réponses -c'était généralement elle qui faisait la conversation aux autres-, et d'autant plus que son malosse n'allait pas se mettre soudainement à lui faire la causette.

Alors elle ne s'offusqua pas de voir que l'autre homme ne lui répondait pas.

Et puis, Pyrrah venait de quitter son champ de vision, certainement pour aller chercher la personne que son ouïe avait capté, et son attention était entièrement portée là-dessus.
Et tout ça pour quoi? Bingo! Un joli problème de plus -comme si ce temps et le trou ne suffisait pas, voilà qu'on rajoutait une fille un peu trop vénale. Arrogante, aussi. Elle n'aimait pas qu'on la prenne de haut, la blonde, ça non, et là c'était autant littéralement que sur le second sens. Elle serra des poings en fusillant l'autre du regard, quand à son malosse, elle se baissa lentement jusqu'à une position tendue, prête à bondir et à attaquer au moindre signe, défiant l'absol de la nouvelle venue.

Et il fallait croire que le destin avait décidé de leur faire une fleur -enfin, elle le prit ainsi- et d'arrêter son cercle continuellement vicieux: l'autre tomba. Une fissure, et voilà le travail.
Bon, la poussière ne fut pas très appréciée, et la dresseuse toussota dans le nuage ocre et ferma les yeux pour éviter qu'ils ne soient atteints -une exclamation à côté d'elle, une intonation indéniablement masculine, et l'écran se fit projeter à l'extérieur de la crevasse. Lorsqu'elle osa ouvrir un oeil, ce fut pour apercevoir un embrylex près d'eux, appartenant sans aucun doute à l'homme, lequel se rasseyait, couvert de saleté -elle songea que son propre état devait être plutôt désastreux-, et attrapa quelque chose -un téléphone? bah, elle avait autre chose à s'occuper pour le moment...

Qui se trouvait être sur le sol sur son autre côté. Loa se leva prestement et enjamba en deux foulées la distance qui la séparait de l'autre fille, et l'attrapa sans plus de ménagement sur le devant de son haut. Elle plissa les yeux en approchant leurs visages.

« Eh, l'idiote, avise-toi de me menacer comme ça encore une fois et ça sera avec plaisir que mon malosse te collera une flammèche aux fesses! Tu te crois forte? Ha! Seuls les faibles attendent que leurs adversaires soient handicapés pour se battre, sinon ils n'auraient aucune chance! »

La blonde la relâcha brusquement, et mettant les mains sur les hanches, lui lança un regard provocateur.

« Si tu penses que ton absol est si puissant que ça... alors prouve-le moi! Après ça, ton pokémon sera unique...les poils noirs, carbonisés par le mien! »

Le sourire qui s'étira sur ses lèvres indiquait sa confiance totale en ses propres mots.
En haut, son malosse avait doucement tourné le long du trou en lorgnant sur l'absol comme un prédateur autour de sa proie, jusqu'à ce qu'ils soient séparés par le vide. Elle grondait par intermittence, et ses oreilles se tournaient de temps en temps vers l'arrière -Loa y vit la présence proche d'une autre forme de vie qui devait faire du bruit, et elle espéra que si c'était quelqu'un d'autre, le trou n'allait pas recevoir un quatrième pensionnaire.

Mais tout aussi bouillante qu'elle était pour un combat, il leur fallait d'abord sortir de là -peut-être que sauter sur la fille lui permettrait de se défouler, sinon...
Sauter.
Elle leva les yeux, embrassa la hauteur du trou. Ça, c'était une idée possible..!

L'homme venait de finir son conseil pour l'autre fille, et la dresseuse reporta son attention sur eux.

« Ce n'est malheureusement pas le moment de se mettre à dos, on a besoin de coopérer. Vu qu'un absol est tout aussi inutile qu'un malosse pour nous sortir de là... » railla-t-elle gentiment, « ...va falloir qu'on se bouge nous-même.

Une échelle humaine, ça vous tente? »

Et elle avait toujours sur sourire plaqué sur ses lèvres.
C'était une journée plutôt mouvementée, finalement!
Revenir en haut Aller en bas

avatarAmbre M. Lawford


Pokematos
Réputation:
0/100  (0/100)


MessageSujet: Re: Dans le trou ( Loa et Ambre ) 02.08.13 16:45

Certainement trop proche de cette crevasse, le sol finissait par se dérober en dessous de mes pieds ; pile au moment où j’entendais une autre voix m’interpeller. Je n’eus le temps de tourner en sa direction que je glissais tout le long de la paroi, les yeux fermés pour éviter que la poussière ne me dérange. Absol n’avait eu le temps de me rattraper, bien trop occupé à surveiller de près ce hargneux Malosse et à regarder d’un œil la nouvelle. J’avais ainsi perdu toute crédibilité. J’étais prise au piège, comme ces deux crétins. Je faisais moins la fière à présent. Je peinais à me relever, dépoussiérant cette terre relativement sèche de mes vêtements. Je ne daignais pas prêter l’attention aux deux autres personnes présentes dans le piège, jusqu’à ce que la gamine vienne m’attraper le haut du col. Une hystérique de plus dans ce monde de sauvage. Aucune classe, ni même d’élégance. Juste une petite brute aux poings frêles. Moi faible ? Peut-être à ses yeux. Ce que je venais de faire n’était que de la simple ruse : je profite de la faiblesse des autres pour en tirer un certain profit. Si elle n’était pas capable de comprendre, c’est qu’elle n’était pas encore assez mûre. Lorsqu’elle me relâchait, je restais stoïque, gardant un petit sourire au coin de mes lèvres ; juste assez pour lui montrer qu’elle ne m’impressionnait guère.  Me faire la morale ne servait plus à grand-chose à présent. J’avais mes propres convictions et surtout, mes propres désirs. Les plus importants à combler. Un petit coup dans ma chevelure blanche et je répliquais tout aussi naturellement en gardant bien mon regard dans le sien. Un regard dont je n’avais pas de mal à soutenir.

« Calme donc tes pulsions de gamine de 12 ans qui vient d’avoir ses règles. Si jeune et tellement puérile, cela ne m’étonne plus. »

Oui, elle était jeune. Elle ne devait certainement pas dépasser la vingtaine. Je plaignais son premier interlocuteur, soit cet homme derrière nous qui semblait bien occuper. Mais pour l’instant, je ne m’intéressais pas à lui mais à elle. On était presque de la même taille et de la même corpulence ce qui me faisait ricaner intérieurement.

« Et sans aucun problème, je pense pouvoir te prouver certaines choses. Comme le fait de te coller la racler de ta vie. »

Je n’attendais que cela à vrai dire, la défier. J’imaginais avec plaisir mon Absol écraser ce splendide Malosse. Habituellement, je n’avais pas tant de haine envers les créatures ce type, surtout que je comptais bien en avoir une plus tard. Mais cette gamine me mettait tellement hors de moi que je ne pouvais m’empêcher de répondre. Il faillait remettre les points sur les « I » et lui montrer le respect. J’avais certainement plus de vécu qu’elle et donc plus de connaissance. Si elle croyait m’intimider, elle se mettait le doigt dans l’œil. Bien que je fusse en colère, mon corps ne laissait rien transparaitre. Il se montrait parfaitement calme, je n’étais même pas crispée. C’était l’une de mes qualités : ne rien montrer de ce que je pense réellement. De plus, je savais que de voir quelqu’un rester ferme rendait les gens encore plus fous qu’ils ne l’étaient.

Aussitôt, mon regard se tournait vers l’unique homme présent. Je ne voulais plus m'intéresser à cette gamine, peu importe ce qu’elle répliquerait : je ne l’entendrai plus. Il ne nous écoutait pas, préférant s’attarder sur quelque chose que j’avais encore du mal à distinguer. Un appareil, auprès de son oreille, les lèvres bougeant toutes seules comme s’il marmonnait quelque chose. Je ne pouvais m’empêcher de me placer devant lui et de tendre la main, les sourcils légèrement froncés.

« Le pire, c’est que personne n’a de cervelle ici. Un téléphone et incapable d’appeler du secours. Je suis tombée sur une bande d’ignorants.  Pourtant, vous avez l’air assez grand pour vous débrouiller tout seul. »

Je prenais plaisir à rabaisser les autres, un vilain sourire aux coins des lèvres. Je le voyais bien répondre la chose la plus probable au monde : « Bah mince, j’pu de batterie. » Crétin va… Et son pauvre Embrylex était-il incapable de creuser en montant progressivement pour nous permettre de nous hisser jusqu’à la sortie ? Il n’y avait certainement pas dû y penser. Et puis, vu son gabarit, cela prendrait au moins des heures. Je n relevais pas les propos du vieil homme. Je savais très bien que tout pouvait retomber sur moi mais cela ne m’inquiétait pas. Pour l’instant, en 28 ans d’existence, rien ne c’était produit. J’étais trop rusée et habile pour. Si seulement il savait. Bon… J’avoue qu’en haut de mon perchoir à faire la maligne et à tenter de négocier quelque chose pour leur salut pour au final tomber dans ce trou et être prise au piège comme eux, ça ne volait pas tellement fort. J’avais été ridiculisée et j’avais perdu toute crédibilité. Et pourtant, je gardais la tête haute : je ne me prenais pas pour n’importe qui.

Je n’avais pas envie de réfléchir pour quitter cet endroit. Pour moi, c’était une évidence : pour sortir, il fallait quelqu’un d’autre. Donc, quand la gamine proposait une solution, je ne pouvais m’empêcher de rire. Certes, c’était une idée. Néanmoins, une idée complètement stupide. Je ne comptais pas du tout sur eux et vu comment les parois sont fragiles, cela ne risquait pas de fonctionner.

« Tu ne crois quand même pas que l’on va réussir ? Et puis, hors de question que quelqu’un monte sur moi. Si on le fait, c’est mon unique condition. »

Et soudain une illumination. Avant que je ne tombe, quelqu’un m’avait appelé. Cette personne, était-elle toujours là ? Si oui, pouvait-elle nous aider ? Qu’attendait-elle puisqu’elle m’avait vu dégringoler ? Je m’adressais alors à cette mystérieuse personne, levant la tête vers le ciel.

« Hé ho… !? Vous ne pouvez pas venir nous aider par hasard ? Je sais qu’il y a quelqu’un, je vous ai entendu avant que… que je ne chute. »

Je soupirais, lasse. J’avais peur en voyant ces gros nuages gris que la pluie ne commence crouler. Il n’y avait plus de temps à perdre. Je cherchais mon compagnon des yeux. Je savais que je pouvais compter sur lui. Il irait chercher la personne adéquate. En espérant qu’il trouve vite et que les gens du village n’est pas trop de préjugé sur son espèce –ce que je craignais. Mais qui ne tente rien n’a rien, donc autant essayé. Pencher au bord, il me fixait. Nos regards se croisaient et j’acquiesçais.

« Vas-y. »

Il partait promptement, sans détourner son regard. Un œil sur le Malosse, juste à cas où. Il allait dans une premier temps rejoindre celle qui, apparemment, c’était aussi faite avoir. Sauf qu’elle était seule avec son Pokemon dans un autre trou et que personne ne le savait encore.
Revenir en haut Aller en bas
AliasFirefly

avatarJazzy Warhol
AliasFirefly



MessageSujet: Re: Dans le trou ( Loa et Ambre ) 10.08.13 12:55

Qui aurait pu croire que je finirais ainsi au fond d'un trou? Pas moi en tout cas. Est-ce que la jeune femme allait bien? Y avait-il quelqu'un pour lui tenir compagnie? Est-ce que quelqu'un allait nous trouver avant la fin de la nuit? Tant de questions qui n'auraient aucune réponse avant un petit temps si je n'agissais pas! Et vu que je n'étais pas bonne pour patienter, j'allais m'y mettre de suite!

Avant toute chose, je pris soin de regarder dans mon petit sac si l’œuf était toujours en bon état. Après une chute pareil, je me devais de vérifier, quoi que j'eus un bref moment d'hésitation; "et si c'était devenu une omelette? Heureusement pour moi, il n'avait rien, le sac que m'avait donné le professeur avait amorti atterrissage. Je le caressai du revers de la main avant de le réinstaller confortablement dans son enveloppe de protection qu'était ce que j'appelais mon fourre-tout, sac de femme qui ne reste que très peu en ordre.

Ensuite, je pouvais mettre mes mains à l'ouvrage! J'allais creuser avec mon pokémon.
Evinrude creuse!
Vu l'immensité des trous que mon pokémon avait creusé, je pensais qu'il n'y aurait aucun problème pour la suite, après tout, un trou en plus ou en moins... Ça n'allait rien changer du tout. Mais ça, c'était ce que je pensais. Le pokémon aux allures de ballons de rugby me regardait d'un air surpris, ignorant mon ordre.
Attaque tunnel?
Aucune réaction. Me comprenait-il seulement? Avait-il la moindre idée de ce que je racontais? Je le fixai en m'accroupissant lentement vers lui, il poussait quelques craquements sourds qui ne voulait pas dire grand chose pour moi... Je soupirai et passai ma main sur sa grosse tête orangée
Comprends-tu seulement ce que je dis?
Il secoua la tête avec vivacité, il comprenait donc, bien, mais alors pourquoi n'utilisait-il pas son attaque? Je réfléchissais, surement trop lentement que pour les circonstances, mais sur ce coup, pour une scientifique, ce pokémon était un mystère. Son arrivée étrange, des trous partout ♪ Des ptits trous des p'tits trous des p'tits trous partout ♫ et maintenant sa "panne" d'attaque. Difficile de comprendre. Difficile aussi de faire tilt dans ce genre de circonstance, vous m'excuserez!

Au dessus de nos têtes se faisaient pressentir un gros nuage orageux, si nous ne nous dépêchions pas à trouver une solution, nous serions tous sous l'eau d'ici peu. Et qui dit "eau" dans un trou de terre, dis éboulement de la terre des parois. Et il n'était pas question que je finisse ma vie dans un trou d'eau et de terre!

Il me fallait une idée. Mais soyons réalistes: je ne suis pas rambo non plus! Puis c'est la que j'eus l'illumination, hélas pas celle pour me sortir de là, mais plutôt celle de comment Evinrude c'était retrouvé là. Illumination en ce moment gris.

Je supposais qu'il était parti de chez lui par des souterrains et qu'il avait suivi d'autres pokémons connaissant cette attaque pour arriver jusqu'ici. Il était donc clair que les trous n'étaient pas de lui, mais de ces amis qu'il s'était fait. C'était donc pour ça qu'il était heureux et fier! Il s'était rappelé de son voyage avec ses compagnons! Ok, j'avais élucidé un mystère, ou plutôt j'avais trouvé une nouvelle hypothèse plausible qui serait à vérifier plus tard.

Bien donc, nous devions donc nous débrouiller sans l'attaque la plus capable de nous sauver. J'imaginai bien prendre le pokémon à l'allure de pelle pour creuser avec sa bouche et aller jusqu'à l'autre trou, mais ce n'était pas super gentil de penser ça. Surtout que je l’appréciais bien mon premier pokémon.  

Je tournai en rond comme un poisson dans un bocal, et j'avais beau essayer de gratter la terre avec mes mains que le mois d'après j'y serais encore! Puis tout à coup, je me mis à tousser, mes narines me chatouillaient et mes yeux piquaient, une marée de gravats, de terre et de poussière s’abattirent dans mon trou de souris pour m'ensevelir. Heureusement pour moi, monsieur tête de ballon utilisa son attaque Tourbi-sable réexpédiant la surprise chez l'envoyeur; c'est à dire, le trou d'à côté.  J'étais libre de respirer à nouveau avant d'avoir la respiration close. Un absol s'approcha de notre trou et me regarda d'un air fier, lui au moins n'avait pas fait d'erreur, son sens du danger devait y être pour quelque chose. Mais était-il avec la jeune femme que j'avais vu plus tôt? Ou était-ce un mauvais présage en plus? Je l'ignorais et en plus, j'étais toujours dans le trou...
Revenir en haut Aller en bas

avatarRilian Staples


Pokematos
Réputation:
20/100  (20/100)


MessageSujet: Re: Dans le trou ( Loa et Ambre ) 31.08.13 1:28

( Ouf, désolé du GROS retard '_' )

La situation n'était pas des plus glorieuses. Surtout depuis que l'arrogante inconnue avait atterrie dans le trou avec eux. Si Rilian s'efforçait de maîtriser ses émotions, ce n'était pas le cas de la blondinette du départ qui se prit rapidement le bec avec la nouvelle venue. Mais le truc qui agaça particulièrement le trentenaire fut lorsque la nouvelle l'accusa d'être un simple d'esprit pour ne pas avoir utilisé son téléphone portable pour s'attirer de l'aide. Ce qu'elle ne se doutait pas c'est que Rilian n'attirait l'attention sur lui qu'en tout dernier recours. Il ne voulait pas avoir à faire avec des policiers ou, pire, des rangers pour se sortir de ce piège à rattata. Et puis, il n'était pas certain que la situation lui déplaisait. Ce n'est pas comme s'il était complètement désespéré. Il fallait juste qu'il prenne le temps de réfléchir vraiment à une manière de s'en sortir. Chose qu'il n'avait pas réellement entreprit depuis sa chute. Surtout avec l'arrivée des deux jeunes inconnues. Et justement, l'une d'entre elle ( celle qui lui tombe sur les nerfs ) vient se poster devant lui. Elle tend la main. Rilian ne comprend pas tout de suite. Puis elle commence à le traiter d'imbécile. Le trentenaire se racle la gorge et fait la moue. Son téléphone retourne dans la poche de son pantalon et une lueur de défi passe dans son regard. Mais au lieu de répondre, il soulève son instrument de musique. Le banjo émet un grincement inquiétant puis une note aiguë désagréable. Une seconde plus tard, le manche cède et ne tient qu'avec les cordes. Cordes qui ne vont pas tarder à se fendre à leur tour. L'homme soupire et laisse tomber l'instrument. Myriam va vraiment le tuer cette fois.

« Madame, j'ai pour mon dire que la famille passe avant tout. J'aimerais mieux passer la nuit ici dans le froid et la pluie que de retourner chez moi confronter ma femme sans l'avoir averti de mon inconvénient. Vous venez tout juste de nous rejoindre alors, sans vouloir faire de mauvais jeu de mot, prenez votre trou et taisez vous. »

Lui qui ne tenait pas du tout à se justifier devant cette impertinente, il se surprend du nombre de mots qui se chevauchent au bout de ses lèvres. Il n'a pas peur de parler, c'est juste qu'il ne savait pas qu'il allait autant le faire tout de suite. Pendant un moment, il mesure du regard la femme en pesant le pour et le contre de la faire éliminer. Et dans les yeux bleus de cette fille, Rilian a une révélation. Il contourne son interlocutrice et interpelle Embrylex.

« Embrylex ! Construits-nous un escalier vite fait. »

Le pokemon a le regard qui s'illumine. Ouep. Les deux se trouve tout d'un coup un peu niais de ne pas y avoir pensé tout de suite. Rilian se soucia de ce que les filles allaient penser de lui. Il aurait pu avoir cette initiative un peu plus tôt. Et il se voyait mal leur expliquer son dédain à accélérer leur séparation. Le trentenaire allait retourner auprès des autres humains pour attendre que sa créature exécute ses directives lorsqu'un nuage de sable et de poussière lui tomba en plein visage. Embrylex avait tenu le coup et continuait à creuser. Son maître s'effondra et se mit à tousser creux. De la poussière lui irritait les poumons. Joie. Le nuages de fumée s'estompa après quelques secondes. Mais Rilian resta au sol à tousser. Non mais quelle journée. Encore une fois, un inexplicable sourire se dessina sur les lèvres de l'homme. Sa toux était entrecoupée de rire. Ou le contraire... peu importe.

« Carapuce. »

La tortue sortit de sa balle et nettoya le visage et la gorge de son maître avec son attaque pistolet à O. Au bout d'un moment, Embrylex atteint la surface. L'escalier était dangereux, vulgairement taillé dans le roc. Mais ça avait prit un temps étonnant au pokémon pour le modeler alors seul une personne munit d'une très mauvaise volonté aurait trouvé quelque chose à y redire.

« Les femmes d'abord. »

Quand les filles furent remontées à la surface, Rilian entreprit de grimper à son tour. Carapuce était de retour dans sa balle. Embrylex se trouvait maintenant à coté du Absol. Le pokémon de Rilian lançait des plaintes irrités vers une autre crevasse. Le trentenaire se pencha vers celle-ci à son tour.

« Bonjour. Vous avez besoin d'un coup de main peut-être ? »

Embrylex sauta dans le trou à son tour. Il donna des directives au Kraknoix de l'inconnue pour qu'il creuse avec lui l'escalier. Enfin, à ce qui paraissait. Bientôt, tous les humains et pokémons étaient de retour sur la terre ferme.

« Sacrée journée. Keuf. Au fait, je m'appelle Rilian Staples. Je vous aurais bien proposé de passer la nuit à mon auberge mais elle se trouve sur l'autoroute 53. N'hésitez pas à passer si vous êtes de passage. »

La voix du trentenaire, qui s'était faite beaucoup plus expressive les derniers moments qu'il avait passé sous terre se retrouva morne et traînante. Il ne semblait pas si enthousiasmé à l'idée qu'elles passent à son auberge. Il se sentait un peu mal à l'aise. Peut-être était-ce le bon moment pour partir ? Il les laissa parler pour ensuite s'éloigner discrètement. Après avoir salué tout le monde poliment. Même cette fille qu'il allait sûrement arrangée la mort '' accidentelle '' à son retour.

( Je suis out mais rien ne vous empêche de continuer sans moi ! )

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Dans le trou ( Loa et Ambre )

Revenir en haut Aller en bas

Dans le trou ( Loa et Ambre )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La région de Noann :: MONDE :: NOANN :: Bourg-Eboise :: Route 51-